Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

437px-Lombards Museum 1000La première fois que j'en ai entendu parler c'était avant mon voyage en Equateur, bien avant de découvrir ces petites figurines dans un magasin d'artisanat à Cuenca. L'association Robin des Bois militait à l'époque contre le commerce de l'ivoire. Le nom latin est explicite Phytelephas c'est le nom de l'ivoire végétal, ou autrement appelé tagua. La graine est dure et difficile à travailler. Si la première coquille dure se détache assez facilement la deuxième coquille colle à la graine. C'est seulement après ce travail difficile d'enlèvement de cette couche, que l'on obtient la boule d'ivoire végétale. L'apparence est bluffante.

Ce petit palmier pousse plutôt sur le piémont amazonien. La pulpe des fruits est également consommée. Un arbre peut produire chaque année environ 20 kilogrammes de graines, (parfois beaucoup plus), ce qui correspond à peu près au poids des défenses récupérées sur un éléphant de 6 tonnes. Il y eu durant le 19 ème, un important commerce d'ivoire végétale, notamment pour la confection de boutons.

Après guerre, le plastique a concurrencé de manière redoutable l'utilisation de la tagua pour la confection de boutons et autres articles d'ornement. Mais plus récemment, depuis les années 70, des initiatives de relance de l'utilisation de la tagua, pour la confection de bijoux et d'autres artisanats, se font jour.

 

Mots clés : palmier, ivoire, Equateur, tagua, ivory palm

 

Pour aller plus loin :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Phytelephas

http://www.robindesbois.org/

Tag(s) : #Palmes à l'honneur

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :